Aujourd'hui, nous allons partager avec vous le bilan de nos premières réflexions autour de l'autonomie alimentaire. Le plus simple, selon nos lectures, est de commencer par la pomme de terre, car c'est un légume qui se cultive facilement et dont le rendement est intéressant.

Avant de débuter, il faut bien sûr choisir son emplacement et sa surface pour atteindre facilement l'autonomie souhaitée. La zone de culture doit changer d'année en année avec une rotation de 4 ans pour éviter certaines maladies et l'appauvrissement du sol.

Préparer la zone de culture

Nous avons choisi de cultiver environ 25m2 de pommes de terre afin de récolter 4kg au mètre carré, soit 100kg sur l'année, autrement dit 10kg par mois. Puisqu'il s'agit de notre première année de culture sur ce sol, nous sommes partis du principe que près de la moitié de la récolte se fera manger par nos amis les campagnols, donc environ 4kg mensuel, ce qui nous reste au moins l'équivalent pour notre propre consommation.

Afin de faciliter sa récolte, nous avons décidé de faire deux zones de culture de 120cm de large sur 11m de long, soit une surface d'environ 26m2.

Pour accueillir les pommes de terre, nous avons ajouté : 20cm de compost, 10cm de tonte, 15cm de compost, 10cm de tonte, 5cm de paillage. Dans 2 semaines au plus tard, on y plantera nos pommes de terre.

Planter les pommes de terre

Pour planter les pommes de terre, nous avons mis une pomme de terre coupée en deux ou trois espacées de 40cm entre les rangs, et ce sur trois rangs.

Pour la profondeur, nous la mettons entre 5 et 10cm. Il nous faut donc 36 plants de pommes de terre. Une boîte de 25 plants coupés en deux fera donc parfaitement l'affaire !

Choisir sa(ses) variété(s) de pommes de terre

Avant de planter nos pommes de terre, il est important de bien choisir sa variété. On ne va pas vous faire le listing des nombreuses variétés existantes, vous pourrez trouver cela sur d'autres sites comme celui-ci.

Pour notre part, nous avons choisi deux variétés, la Mona Lisa et la Désirée. Pourquoi ce choix ? Pour leur rendement, leur conservation, leur résistance au Mildiou mais aussi pour leur chair qui nous permettra d'avoir une bonne polyvalence en cuisine.

Eviter le Mildiou

Le Mildiou est une maladie fréquente dans un potager : il s'agit d'un champignon dont les spores hivernent sur les restes des feuilles atteintes. Il se développe avec l'humidité, par temps de pluie ou à la faveur de fortes rosées.

Source : Science & Avenir • Attaque de mildiou sur une feuille de vigne • INRA/FRANÇOIS DELMOTTE

Mais comment le prévenir ?

• Choisir une variété résistante au Mildiou est un bon départ.
• Ne pas arroser les pommes de terre pour garder le feuillage sec.
• Eviter de cultiver la pomme de terre toujours dans la même zone de culture
• Etablir une rotation d'année en année.

Se protéger des doryphores

L'autre problème qu'on peut rencontrer quand on cultive la pomme de terre, c'est le doryphore. Ce coléoptère pas plus long d'1cm de long, jaune brillant, aux élytres ornées de 5 rayures noires s'attaque aux feuilles.

Source : Gamm Vert

Pour se préserver de ce nuisible, la première étape est d'avoir une belle biodiversité dans son jardin. Vous pouvez ensuite demander à vos poules de faire le travail, elles ne seront pas intéressées par vos pommes de terre si elles sentent la présence de doryphores. Vous pouvez aussi planter des herbes aromatiques autour de votre zone de culture afin de perturber l'odorat des doryphores. Et pour les plus motivés, dernière astuce, vous pouvez les retirer à la main tous les matins :) !

Et pour finir, vous pouvez intercaler des plants de ricin à votre zone de culture. Cette herbe éloignera ces différents intrus de votre champs de pomme de terre !

Voila, on espère vous avoir donné le maximum d'informations pour la culture de la pomme de terre ! A vos purées !